Critiques de livres février/mars 2014

  • La nuit des temps de René Barjavel

Au cours d'une mission polaire, une équipe de chercheurs fait une découverte hors du commun : deux corps, prisonniers des glaces depuis 900 000 ans, sont retrouvés intacts. Les scientifiques consacrent aussitôt tous leurs efforts à les réanimer. Bientôt, un passé extraordinaire se réveille sous leurs yeux... À la fois reportage et épopée, La nuit des temps est, avant tout, une mythique histoire d'amour.

Le livre est découpé en 3 parties : une partie qui se passe de nos jours, où des scientifiques retrouvent, au fond de la glace, un homme et une femme vieux de 900 000 ans ; une deuxième partie où un des deux personnages raconte sa vie d'il y a 900 000 ans, comme si on y était et une troisième partie où l'on revient de nos jours, avec quelques péripéties quant à la découverte de ces corps.

J'ai été littéralement scotché sur la première partie, je n'ai pas pu lâcher mon livre tant que je ne l'avais pas fini. La deuxième partie, en revanche, je l'ai beaucoup moins aimée : trop de détails et un monde bien trop différent du notre, je n'arrivais pas très bien à le visualiser. Il me fallait relire plusieurs fois chaque description pour bien me rendre compte de ce monde. Enfin, la troisième partie m'a bien plu. Retour dans le monde d'aujourd'hui, sans trop de détails, qu'on arrive très bien à imaginer et qui est très réaliste. Ce livre est une belle histoire d'amour à lire tout de même. Ma note : 7/10

  • L'autoroute sauvage de Gilles Thomas

Gérald, un aventurier solitaire, traverse la France dévastée par une catastrophe bactériologique. C'est un survivant aguerri, connaissant tout ce qu'il faut pour survivre ; il délivre Annie d'une troupe de sauvages, et accepte de la suivre malgré lui vers Paris, ville alors de tous les dangers, pour récupérer un mystérieux dossier contenant un remède au fléau de la Peste bleue. Chemin faisant, ils rencontrent Thomas, un asiatique, lui-même survivant, avec qui ils finissent par sympathiser.

Premier livre d'une histoire composée de trois. En un mot : une vraie révélation ! L'histoire est vraiment très bien, l'action est permanente, on ne s'ennuie pas une seule seconde. J'ai eu un peu de mal au début de ma lecture car il y a pas mal d'argot dans le livre, il est écrit de manière un peu "brouillonne", ça fait un peu comme si l'auteur n'avait pas envie de s'embêter avec des belles tournures de phrases, des grandes réflexions. Un bonne histoire à lire si on ne s’attend pas à de la grande littérature et/ou à un langage très châtié. Ce livre rentre sans hésitation dans le Top 10 de mes livres préférés ! Ma note : 8.5/10

  • La mort en bille de Gilles Thomas

Ça dessinait une forme vaguement humaine, recroquevillée. Les billes luisantes, translucides, bougeaient doucement dans un mouvement pâteux.
La femme était là, sous la couverture de billes. Morte Dieu merci ! Et ce n'était plus une femme. Un morceau de viande rouge à vif. Une main écorchée serrait toujours le manche corné d'un couteau de chasse à large lame. Les billes ondulaient, lentement...

Suite de l'autoroute sauvage, on y retrouve tous nos personnages qui font un nouveau voyage vers la suisse, pays non touché par l'épidémie mondiale. Il ne se passe rien d'extraordinaire dans ce livre, on suit les aventures et les péripéties de nos personnages. Le tout est quand même super haletant et on a toujours envie de lire les pages le plus vite possible pour connaître la suite. Les rencontres que font les personnages sont très intéressantes et il y a toujours ce suspens haletant. Ma note : 7.5/10

  • L’île brûlée de Gilles Thomas

En arrivant au port, on a commencé à comprendre que notre hypothèse d'incendie accidentel ne tenait pas bien. Plus un bateau ! Quelques épaves calcinées, et les premiers cadavres... — Le feu n'est pas venu jusque-là tout seul, a dit Thomas. Et Fédéric aurait protégé ses bateaux avant tout. Il y a autre chose. Très juste. Il y avait autre chose. Quoi ?

Troisième et dernier livre de cette saga. Et ça a été mon préféré ! les amis de Gérald ont été enlevés par des personnes possédant de l’essence dans en Afrique du nord. Gérald et quelques suisses y vont en avion pour récupérer tout ce beau monde, réduit en esclavage. On y fera la connaissance d’autres phénomènes surnaturels, vraiment très très intéressants. L'histoire est, là encore, haletante, j'ai encore dévoré ce livre ! Malheureusement, un quatrième et dernier livre était prévu pour finir cette saga mais l'auteur est morte avant de l'avoir écrit/publié. l'histoire se termine plutôt bien quand même, j'avais peur d'un récit inachevé, mais on peut s'en contenter sans problème :) Ma note : 9/10

  • Robinson Crusoé de Daniel Defoe

Après quelques premières expéditions, Robinson Crusoé, marin d'York, s'embarque pour la Guinée le 1er septembre 1659. Mais le bateau essuie une si forte tempête qu'il dérive pendant plusieurs jours et finalement fait naufrage au nord du Brésil. Seul survivant, Robinson parvient à gagner une île située au large de l'Orénoque où il va peu à peu s'assurer une subsistance convenable : il y restera près de vingt-huit ans, d'abord seul, puis accompagné d'un fidèle indigène qu'il baptise Vendredi. Inspiré de l'aventure réelle d'un marin écossais, le roman que Defoe fait paraître en 1719 connaît un succès foudroyant qui ne s'est plus démenti. Si James Joyce fera plus tard de Defoe le " père du roman anglais ", ce n'est pas seulement que l'auteur innove en prétendant offrir un authentique manuscrit retrouvé par l'éditeur. C'est aussi qu'il crée un héros différent : homme ordinaire qui raconte son histoire extraordinaire simplement, comme il l'a vécue, Robinson touche tous les lecteurs. Et cette histoire devient un mythe que d'innombrables écrivains s'attacheront à récrire

Ça fait vraiment longtemps que je voulais lire ce livre (plusieurs années). Étant toujours dans ma période "post-apocalyptique / survivialisme", j'ai trouvé que c'était le bon moment. Chose à laquelle je ne m'attendais pas, ce texte est écrit dans un français assez ancien (la traduction date de 1836). Le plupart du récit est conjugué à l'imparfait du subjonctif et il y a pas mal de mots qui m’étaient inconnus qui y sont employés. Le dictionnaire intégré à ma liseuse m'a été particulièrement utile pour ce livre.
Seul point noir du livre, il y a trop de religion pour moi. C'est souvent que Robinson essaye de convaincre le lecteur qu'il faut croire en Dieu, qu'il existe vraiment, qu'il ne faut pas l'ignorer, etc., etc. J'ai parfois passé des paragraphes entiers dédiés à ce lavage de cerveau. Pour le reste, c'est vraiment une excellente histoire qui, bien que connue de tous, mérite vraiment d'être lue. Les détails de la vie de Robinson sur l’île sont vraiment passionnants et bien que l'on sente que c'est une vieille histoire (en particulier lorsqu'il est question des esclaves, des nègres qui sont traités comme des animaux), elle n'a pas pris une ride. Ma note : 8/10

Commentaires

1. Le vendredi 28 mars 2014, 17:00 par Elodie

Bon ben ça me donne pas envie de lire Barjavel tout ça :D

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet