Critique de livre : Pandémie, L'Effondrement d'Alexandre Lang

Aujourd'hui, je vais vous parler de ma dernière lecture, un livre auto-édité par un auteur français : Pandémie, L'Effondrement d'Alexandre Lang. Ça faisait super longtemps que je n'avais pas eu ce plaisir d'avoir hâte de retrouver un livre le soir, de lire un chapitre vite-fait quand j'avais 1/2 heure de disponible, bref, un super livre qu'on n'arrive pas à quitter et qu'on a hâte de retrouver.

Pandemie_L_Effondrement.jpg

Voici le résumé :

L’Apocalypse a pris forme. Elle se répand sur le monde comme une lame de fond, menaçant l’espèce humaine d’effondrement complet. La France n’échappe pas à la tourmente. Elle doit réagir, trouver l’énergie et les moyens de se battre avant qu’il ne soit trop tard. Au-delà de son avenir, c’est aussi celui de l’Humanité qui se joue. Un plan est conçu. Les experts survivants, l'armée et les pilotes de Rafale sont mis à contribution. Mais les plans se déroulent rarement comme prévu. Et l'Homme reste le meilleur ennemi de l'homme.


Alors autant le dire tout de suite, il faut du temps pour se consacrer à ce livre car il fait un peu plus de 600 pages. Le compteur intégré à ma liseuse me dit que j'ai passé un peu plus de 19 heures pour le finir ! Bon, OK, je lis énormément mais pas très vite :). Cette longueur pourrait rebuter plus d'une personne, mais dans ce cas, elle est très utile et justifiée car l'auteur a vraiment bien développé les personnages et leurs actions. Ces personnages sont peu nombreux (un peu plus de 5 seulement) et c'est justement ce que j'aime dans un livre, sinon je me perds tout de suite et j'en ai marre de devoir prendre des notes pendant ma lecture, comme je le faisais avant.

Le récit en lui-même est vraiment parfait. Pour ne pas trop en dire, les thèmes principaux sont la prolifération des "zombies" dans le monde, mais ici, la menace est abordée avec l’œil du scientifique, de manière très réaliste. À tel point qu'à la fin du livre on se dit que ça pourrait être une maladie tout à fait possible. On y lit également la réaction de l'armée face à ce fléau avec une concentration autour de l'armée de l'air, en particulier les avions de chasse et leurs pilotes (d'ailleurs, c'était super sympa de voir que la moitié du livre se passe à Saint-Dizier, à la BA 113, base aérienne des avions de chasse Rafales, à côté d'où j'ai grandi). Une petite partie est également consacrée au reste du gouvernement français en place et aux mesures prises pour endiguer ce fléau.

Les chapitres sont courts, toujours entrecoupés par les points de vue des différents personnages, ce qui rend la lecture encore plus agréable : il n'est pas forcément nécessaire de consacrer au minimum une heure à chaque moment de lecture. L'action est super rapide (malgré le nombre conséquent de pages), on s'attache très vite aux personnages, à leur histoire passée et présente.

L'adjectif qui colle le plus à ce livre est "réaliste". C'était une volonté de l'auteur que tout ce qu'il raconte soit "éventuellement possible". Autrement dit, pas question de science-fiction, tout ce qui se passe dans cette histoire pourrait très bien se passer dès demain dans notre monde (c'est aussi ce qui rend l'histoire aussi prenante). Tout est super bien documenté, que ça soit les recherches scientifiques autour de la "maladie des zombies" mais également tout ce qui tourne autour des avions de chasse : les spécificités techniques, les techniques de pilotage, d'orientation, etc. On voit que l'auteur a passé du temps à faire ses recherches avant d'écrire cette histoire.

La fin du livre laisse à supposer une suite (bien qu'il se suffise à lui-même) et ça tombe bien, il y a un deuxième tome. Il me tarde de continuer cette histoire.

Bref, tout ça pour dire que ce livre est une petite pépite, je ne sais pas pourquoi il n'a pas été édité par le circuit traditionnel (peut-être une volonté de l'auteur). Vous pouvez donc le retrouver en ligne à cette adresse. Je mets à ce livre la note de 9.5/10 qu'il mérite amplement !

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet